Daiichi Sankyo annonce son entrée sur le marché des maladies rares au Brésil

Le pharmaceutique Daiichi Sankyo a annoncé qu’elle investit dans des solutions pour maladies rares – ceux qui touchent moins de 65 personnes dans chaque groupe de cent mille. La société fera son entrée par le lancement d’un médicament destiné au traitement de la sclérose latérale amyotrophique, également connue sous le nom de SLA.

La sclérose latérale amyotrophique est une maladie neurologique incurable, qui dégénère progressivement les motoneurones présents dans le cerveau et la moelle épinière et fait que les messages ne sont plus envoyés aux muscles, entraînant l’affaiblissement des muscles, l’apparition de contractions musculaires et atrophie. La perte de capacité fonctionnelle amène les patients, en plus de perdre le contrôle des mouvements volontaires, à avoir des problèmes dans des activités telles que parler, mâcher et respirer. Selon le ministère de la Santé, seulement 25 % environ des patients survivent plus de cinq ans après avoir reçu un diagnostic de maladie.

« Daiichi Sankyo s’engage à trouver des solutions aux besoins non satisfaits des personnes, comme celles atteintes de SLA, qui, depuis près de trois décennies, n’ont pas eu de nouvelles alternatives de traitement au Brésil. Le scénario est ambitieux, mais, grâce à notre excellence en Recherche et Développement, nous voulons redonner espoir aux patients atteints de maladies rares, en leur offrant une meilleure santé et une meilleure qualité de vie », déclare Gabriela Prior, directrice médicale de Daiichi Sankyo Brasil.

Le principe actif du médicament en question a pour effet d’éliminer les radicaux libres qui augmentent dans la SLA, de protéger les motoneurones du stress oxydatif et de retarder le déclin de la force musculaire et la progression de l’atrophie musculaire. Jusqu’à présent, le médicament a déjà été approuvé pour la même indication aux États-Unis, au Japon, en Corée du Sud, au Canada, en Suisse et en Chine.