Le projet suspend l'absence de plans d'hospitalisation des personnes infectées par la dengue

Le projet de loi 351/24 établit une série de mesures d'urgence pour lutter contre le moustique transmetteur dengue (Aedes aegypti). Le texte est en cours d'analyse à la Chambre des députés. Entre autres points, la proposition prévoit :

  • suspension du délai d'attente des plans de santé pour les examens et les hospitalisations des personnes infectées ;
  • recrutement simplifié et temporaire de nouveaux agents de zoonoses ;
  • extension de la prestation de paiement continu (BPC) et des prestations d'assistance sociale établies par les unités fédératives pour les personnes infectées ; C'est
  • renforcer les organismes de protection des consommateurs pour lutter contre les pratiques tarifaires abusives pour les produits liés à la prévention des maladies.

Le projet, rédigé par la députée Dandara (PT-MG), modifie la loi 13.301/16, qui prévoyait des mesures de lutte contre le virus Zika, également transmis par Aedes aegypti, qui était alors en pleine expansion au Brésil.

« Face à l'augmentation exponentielle des cas de dengue et à la surcharge des systèmes de santé, tant publics que privés, une réponse coordonnée et efficace de la part des autorités est urgente », a déclaré Dandara.

Nombres

Selon le ministère de la Santé, le Brésil a atteint la barre du million de cas de dengue entre janvier et février 2024. 1 017 278 cas ont été enregistrés, avec 214 décès, au cours de cette période. Il y avait encore 687 cas en cours d'enquête pour déterminer si le décès était dû à la dengue.

Traitement

Le PL 351/24 sera analysé de manière concluante par les commissions de protection des consommateurs ; Sécurité Sociale, Assistance Sociale, Enfance, Adolescence et Famille ; de la santé; Finances et fiscalité ; et Constitution et justice et citoyenneté. (Avec des informations de l'Agência Câmara de Notícias)