76 % des Brésiliens s'inquiètent de la dengue

Depuis la dernière grande épidémie de dengue Au Brésil, en 2019, on a constaté une augmentation significative des cas de maladie. La dengue, dont l'incidence est récurrente et saisonnière, est non seulement préoccupante en raison de ses impacts directs sur la santé des populations, mais impose également un coût socio-économique considérable au système de santé et à l'économie en général. Cherchant à comprendre la perception qu'ont les utilisateurs de la maladie, le Ecglobalplateforme marketing pour Groupe Stefanini, a réalisé une enquête quantitative, qui a reçu 1.002 réponses parmi des hommes et des femmes âgés de 21 à 64 ans, de différentes régions et classes sociales. L'étude révèle que la majorité des personnes interrogées (76 %) ont exprimé leur inquiétude face à la dengue, suivies par 50 % qui ont exprimé leur peur, 47 % leur insécurité, 36 % leur responsabilité et 20 % leur anxiété.

Comportement de prévention

Les résultats de l'enquête montrent une adhésion significative aux mesures de prévention de la dengue, avec 98 % des personnes interrogées adoptant des précautions telles que l'élimination des sites de reproduction et l'utilisation de répulsifs. En outre, 35 % participent activement aux campagnes de nettoyage, soulignant l'importance de l'engagement collectif dans la lutte contre la dengue et soulignant la nécessité d'une action conjointe de tous les secteurs de la société. Bien que les zones urbaines soient reconnues comme celles les plus à risque de transmission de la maladie, 29 % des personnes interrogées ont choisi « d'éviter les endroits avec de la végétation » par mesure préventive.

La vérification et l'élimination régulières des foyers de reproduction de la dengue à domicile sont essentielles à la prévention de la maladie et contribuent considérablement à la protection de la santé personnelle et communautaire. La majorité des personnes interrogées (90 %) déclarent effectuer ces contrôles au moins une fois par semaine, en suivant les recommandations générales.

Au cours des 12 derniers mois, 12 % des personnes interrogées ont contracté la dengue, tandis que 37 % connaissaient quelqu'un qui avait également eu la maladie au cours de cette période. Parmi les personnes infectées, 40 % ont qualifié le traitement médical et le soutien communautaire de « très bon », 29 % de « bon » et 17 % de « régulier ».

Quant à la connaissance du vaccin, 89 % connaissent son existence et environ 6 personnes sur 10 ont pleinement confiance en sa sécurité et son efficacité. Interrogés sur leur intention de vacciner leurs enfants, 89% ont exprimé cette intention, 40% envisageant de le faire exclusivement via le SUS et 4% uniquement via le réseau privé. Concernant l'auto-vaccination, 90 % des personnes interrogées ont déclaré avoir l'intention de se faire vacciner, 46 % optant pour le Système de Santé Unifié (SUS) et 3 % pour le réseau privé.

Selon l'enquête, 37 % des personnes interrogées estiment que le gouvernement en fait suffisamment pour contrôler la propagation de la maladie. Les opinions sur les actions gouvernementales varient, 24 % considérant l'efficacité des actions comme « très bonne », 28 % comme « bonne » et 30 % comme « régulière ». Toutefois, 8 % les considèrent comme « mauvais » et 9 % comme « terribles ».

L’implication des marques dans la prévention de la dengue est considérée comme efficace pour sensibiliser l’opinion publique. L'enquête a révélé que 96 % des personnes interrogées estiment que les organisations devraient participer à des agendas traitant de ce sujet, 78 % pour toutes les marques et 18 % avec des préférences spécifiques, notamment liées à la santé et aux répulsifs. De plus, 92 % soutiennent la collaboration des marques avec le gouvernement et les organismes de santé. La majorité a vu des entreprises promouvoir des campagnes contre la dengue, et 89 % pensent que ces campagnes peuvent avoir un impact positif sur la réduction de la maladie. La marque SBP est la plus connue dans la lutte contre la dengue.

Regard vers l'avenir

Interrogés sur leurs réflexions pour les six prochains mois, les participants se montrent optimistes : 25 % sont confiants dans une amélioration significative, tandis que 37 % croient à une amélioration progressive et 17 % prédisent une stabilité. Toutefois, pour 14% des personnes interrogées, on craint une légère dégradation de la situation, 6% craignent une aggravation plus importante.

« Il est prometteur que plus de la moitié des personnes interrogées estiment que la situation de la dengue au Brésil tend à s'améliorer dans les mois à venir. En donnant la priorité aux besoins des gens et en adoptant des stratégies telles que l'implication communautaire et les études de marché, nous pouvons obtenir des données et des informations précieuses pour relever plus efficacement les défis de santé publique, en visant le bien-être collectif », ajoute Adriana Rocha, co-PDG et fondatrice d'Ecglobal.