Comment gérer mes symptômes de dépression en public

Soyons réalistes une seconde. Même si nous souhaitons tous pouvoir cacher ce que nous ressentons, surtout lorsque nous traversons une période très difficile avec notre santé mentale, nous devons quand même vivre notre vie.

Certains d’entre nous savent faire semblant, d’autres non. Je fais partie de la catégorie « ne sont pas », ce qui, pendant de nombreuses années, a été à mon grand désarroi. J’aurais aimé pouvoir cacher ce que je ressentais et je n’aimais pas du tout cela chez moi.

Mais au fil des années, je réalise de plus en plus qu’il n’existe pas une seule bonne façon de vivre. Le sentiment constant d’être « moins » ne fait qu’ajouter à votre dépression, ce dont aucun de nous n’a besoin.

J’ai donc appris à accepter le fait que je portais mes émotions sur ma manche. J’ai réalisé que ce n’était pas parce que je me sentais déprimé et triste que je devais agir comme si je ne l’avais pas fait. Je n’avais pas besoin d’afficher un visage heureux 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et je n’avais pas besoin de faire semblant de me sentir bien alors que je ne l’étais pas.

C’est normal d’être plus discret les jours les plus difficiles. C’est normal de ne pas agir comme si vous passiez un moment inoubliable et que vous ne pouviez pas être plus heureux. Honnêtement, j’ai découvert qu’essayer de faire semblant faisait généralement plus de dégâts parce que les gens autour de moi voyaient que je n’étais pas sincère.

Cela ne veut pas dire que je pleure chaque fois que ma dépression s’aggrave et que je dois interagir avec des gens dans un lieu public, mais cela signifie que je ne fais pas semblant d’être joyeux. Et ce que j’ai découvert, c’est que la plupart des gens apprécient cela plus que si j’agis autrement.

Par exemple, l’autre jour, je devais assister à une réunion. C’était avec des gens que je ne connaissais pas très bien et je ne voulais pas faire mauvaise impression, mais j’avais vraiment du mal. Je savais que j’allais avoir du mal à paraître joyeuse et heureuse.

D’une manière ou d’une autre, j’ai traversé la réunion en faisant un effort pour être aussi agréable que possible sans faire semblant, et même s’il y a eu quelques silences un peu plus gênants que je ne l’aurais souhaité, dans l’ensemble, les choses se sont plutôt bien passées.

J’ai découvert que j’étais capable de sourire et de ne pas faire toute une histoire de ce que je ressentais, ce qui était génial. Mon comportement ne criait pas « Je suis déprimé ! » et cela n’a pas effrayé les autres.

Avant, je pensais que je devais faire semblant d’être heureux et qu’il fallait le forcer à tout prix. Mais la dépression ne doit pas nécessairement être quelque chose que vous diffusez à tout le monde : vous pouvez vous sentir déprimé et paraître plus sobre ou plus introverti que vous ne le feriez normalement. Et c’est très bien.

C’est ainsi que cette réunion s’est déroulée pour moi. Et la prochaine fois que j’ai rencontré ces mêmes personnes alors que la dépression ne faisait pas son apparition, j’ai pu sourire davantage et être la personne extravertie et joyeuse que j’étais habituellement.

Et à ma grande surprise, ils ont accepté les deux versions de moi, sans questions ni critiques.

Connectez-vous avec d’autres personnes vivant avec la dépression en rejoignant notre Groupe de soutien Facebook sur la dépression.

Crédit photo : Sofia Bagdasarian / EyeEm via Getty Images