La proposition rend obligatoire la vente fractionnée de médicaments

Le projet de loi 5975/23 rend la vente fractionnée de médicaments. Ceci s’appliquera à ceux présentés sous forme de comprimés, pilules, pilules, suppositoires, ampoules, sachets et autres, selon des règles à établir par le ministère de la Santéqui se chargera également de régulariser la pratique auprès des constructeurs.

Selon le texte en cours d’analyse par la Chambre des Députés, le conditionnement de ces articles en vrac doit informer le fabricant, le responsable technique, le lot et la date de péremption du produit.

Selon l’auteur de la proposition, le député Fábio Teruel (MDB-SP), il est courant que les patients, après avoir consulté un médecin, se rendent à la pharmacie pour acheter le médicament prescrit et se retrouvent « obligés d’acheter des quantités plus importantes que ce dont ils ont besoin ». ».

Aujourd’hui, le décret 5.775/06 autorise déjà la vente fractionnée (en vrac) de produits dispensés de prescription, à condition qu’ils soient issus de l’emballage d’origine prévu à cet effet et sous le contrôle et la responsabilité d’un pharmacien qualifié.

Traitement

Le projet est concluant et sera analysé par les commissions Santé ; La protection des consommateurs; et Constitution et justice et citoyenneté. (Avec des informations de l’Agência Câmara de Notícias)