Le PL réglemente l'approche de la police envers les personnes en crise de santé mentale

Le projet de loi 958/24 établit des normes générales pour les approches policières humanisé aux personnes en crise santé mentale. La proposition, du député Tabata Amaral (PSB-SP), est en cours d'examen à la Chambre des députés. Le texte déterminant que l'approche policière envers les personnes atteintes, temporairement ou non, d'un trouble mental qui porte atteinte à leur autonomie, notamment si elles risquent la mort ou mettent en danger une autre personne, doit être sûre, vigoureuse et rapide , en préservant la vie et l'intégrité physique. .

Le recours à la force doit être différencié, la priorité étant donné à la négociation, en autant que possible le recours à la force meurtrière.

Approche humanisée

L'approche réglementaire proposée devrait également réduire ou supprimer l'utilisation de signaux lumineux et sonores ; compter sur un médiateur ; et maintenir une distance minimale de sécurité, dans la mesure du possible, entre autres points.

Le médiateur chargé de communiquer avec la personne en crise doit avoir une formation spécialisée ou détenir une formation technique adéquate dans une approche humanisée. Le confinement physique n'interviendra que lorsque toutes les ressources de médiation seront épuisées.

Si la personne en crise n'est pas armée ou ne présente pas de risque pour une autre personne, l'approche peut être effectuée par une équipe ayant une formation spécialisée, éliminant ainsi la nécessité d'une approche policière.

Établissements de référence

Une fois l'événement résolu, la personne en crise doit être orientée vers les institutions de référence appropriées au sein du Système de Santé Unifié (SUS) ou le système unifié d'assistance sociale (Tonne), pour évaluation et traitement, si nécessaire.

Le pouvoir exécutif, à travers une action entre ministères, devrait proposer des cours et des formations pour une approche humanisée des personnes en crise de santé mentale.

Réponse appropriée

Tabata Amaral observe que, dans le cadre de leurs activités, les policiers croisent des individus de différentes teintes psychiques, ce qui exige une réponse adaptée.

« Malgré l'existence de la loi de réforme psychiatrique, le système juridique brésilien manque de législation avec des normes pour les approches policières envers les personnes en crise », observe le parlementaire.

Elle attribue au manque de normes et de formation spécialisée certaines des conséquences tragiques des approches policières auprès des personnes en crise, avec la mort des policiers ou de la personne approchée.

« Pour promouvoir des politiques qui humanisent les relations sociales, il est également nécessaire de valoriser le travail des policiers, en reconnaissant la différence qu'ils font dans la société et l'importance qu'ils ont dans la vie des familles et des amis des personnes atteintes de troubles mentaux », explique Tabata.

Le parlementaire souligne que la proposition a été préparée dans le cadre du Front parlementaire mixte pour la promotion de la santé mentale.

Prochaines étapes

Le projet est concluant et sera analysé par les commissions Santé ; Sécurité publique et lutte contre le crime organisé ; Finances et fiscalité ; et Constitution et justice et citoyenneté. (Avec des informations de l'Agência Câmara de Notícias)

L'article Le PL réglemente l'approche de la police envers les personnes en crise de santé mentale est apparu en premier sur Naturorama.