Les plaintes contre les régimes de santé atteignent le taux le plus élevé des 5 dernières années

Ô Idec (Institut pour la Protection des Consommateurs) a publié lors de la semaine du consommateur, sa traditionnelle enquête avec le nombre de plaintes et de plaintes enregistrées l'année dernière. Et, pour perpétuer une triste tradition, le secteur de l’assurance maladie reste en tête du classement 2023, atteignant le pourcentage le plus élevé par rapport aux autres thématiques en 2018.

Plaintes contre des entreprises assurance santé avait le pourcentage le plus élevé parmi les membres de l'Institution, avec 29,3% du total. Les services financiers (19,4 %), les autres services (13,7 %), les problèmes liés aux produits (9,5 %) et les télécommunications (8,2 %) complètent le haut de l'enquête.

Ces cinq premiers thèmes représentent plus de 80 % des demandes de consommation de l'année. Les plaintes restantes représentent 19,9%, réparties entre l'eau, l'énergie et le gaz, les transports, le tourisme/voyage, l'alimentation, l'éducation, entre autres.

Dans le thème phare du classement, les principales plaintes soulevées par les associés de l'institution sont les doutes et plaintes concernant les contrats (impliquant principalement la désaccréditation et les problèmes de remboursement) et les réajustements des plans de santé, tous deux avec 29,7%, suivis par la couverture négative avec 8,74%. . Ces trois questions comptent parmi les principaux points d'action de l'organisme de protection des consommateurs, comme la campagne pour la régulation des plans collectifs, la recherche sur les différences entre les ajustements du secteur, la demande de règles de désaccréditation plus justes et la défense des une compréhension plus large de la liste des procédures de l'ANS.

En deuxième position du classement, la catégorie Services Financiers était à l'origine de 19,4% des inscriptions. Au sein de ce segment, le plus grand nombre de plaintes est encore dû aux problèmes liés à la sécurité des transactions bancaires et aux escroqueries, qui arrivent en première position (21,6%), suivis des frais indus (14,7%) et de la renégociation des dettes (14,2%). Ces trois premiers groupes de problèmes représentent à eux seuls plus de 50% des demandes de services financiers au cours de l'année et étaient également sur le radar de l'Idec, qui a exigé plus de sécurité des banques contre les escroqueries, a porté plainte contre le blocage des téléphones portables dans les contrats d'endettement personnes et a exigé la mise en œuvre effective de la loi sur le surendettement dans le pays.

En hausse d'une place par rapport à l'année dernière, le secteur des services en général a représenté 13,7% de l'aide, avec en première place les plaintes pour défauts de qualité (18,7%), suivies de près par les problèmes de contrat (17,2%) et les pratiques abusives ( 11,9%) en troisième position. En quatrième position se trouvent les doutes et les plaintes liés aux problèmes liés aux produits en général. Les plaintes les plus fréquentes étaient le non-respect de l'approvisionnement, avec 33,3%, suivi par les défauts de qualité (23,7%), qui arrivaient en première place l'année dernière. Les plaintes concernant les clauses contractuelles arrivent en troisième position (10,7%). Dans l'espace Conseils et Droits du site Idec, vous trouverez divers contenus qui aident les consommateurs à se prémunir contre ces réclamations.

En cinquième position, comme l'année dernière, se trouvent les doutes et les plaintes concernant le secteur des télécommunications, avec 8,2 %. Au sein de ce segment, les problèmes de facturation indue (23,7%) restent en tête, mais contrairement aux autres années où les défauts de qualité arrivaient en deuxième position, nous avons désormais les problèmes de clauses contractuelles (20%) en deuxième position. (13,7%) arrive en troisième position. En tant que membre du Conseil consultatif de l'Agence nationale des télécommunications (Anatel), ce sont des sujets que l'Idec porte auprès des autorités afin que des mesures de protection des consommateurs soient prises.