Sport et douleur

Les athlètes d’élite marchent sur une ligne mince. Est-ce qu’ils rivalisent par leur douleur et causent peut-être encore plus de mal ? Leur dynamisme les oblige souvent à surmonter leurs blessures alors que le repos peut être le choix le plus sage. Mais certaines stratégies et traitements peuvent aider.

Consulter une équipe médicale multidisciplinaire

L’avis des professionnels de la médecine du sport est important pour connaître les niveaux d’activité sécuritaires et pour apporter des modifications en cas de blessure. Ils peuvent inclure :

  • Orthopédistes. Ils peuvent diagnostiquer des blessures musculo-squelettiques, proposer des plans de traitement et vous conseiller sur les activités qui pourraient aggraver votre état.
  • Physiothérapeutes. Ils élaborent des programmes de rééducation et d’exercices sur mesure pour maintenir votre force et votre mobilité sans surcharger votre blessure. Ils utilisent des choses comme le massage, les ultrasons et la stimulation électrique pour favoriser la guérison.
  • Entraîneurs sportifs. Ils peuvent assurer la gestion des blessures aiguës sur le terrain, telles que les blessures avec ruban adhésif, corset et rembourrage. Ils effectuent des évaluations continues de vos symptômes pendant l’entraînement et la compétition.
  • Psychologues du sport. Ces experts en santé mentale vous aident à faire face mentalement et émotionnellement aux revers liés aux blessures. Ils peuvent également vous apprendre à surmonter toute peur de vous blesser à nouveau ou de perdre votre motivation.

Cette équipe peut optimiser votre traitement et suivre vos progrès pour détecter tout revers avant que vos petites douleurs ne se transforment en blessures graves.

Gestion de la douleur et de l’inflammation

Contrôler votre gonflement et votre douleur vous aide à rester actif lorsque vous êtes blessé. Les options de traitement comprennent :

  • RIZ. Le repos, la glace, la compression et l’élévation peuvent réduire votre inflammation dans les 48 heures suivant la blessure.
  • Médicaments. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les relaxants musculaires et les analgésiques peuvent soulager votre douleur et permettre le mouvement. Mais ils doivent être utilisés avec prudence pour éviter de masquer des symptômes importants.
  • Thérapie par le froid. Les bains de glace, les chambres de cryothérapie et les compresses froides resserrent vos vaisseaux sanguins et limitent votre gonflement et votre inflammation.
  • Thérapie thermique. Les coussins chauffants, les ultrasons et les bains à remous chauds augmentent votre flux sanguin et réduisent vos spasmes et raideurs musculaires.
  • Techniques physiologiques. Le massage, l’acupuncture et la stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS) peuvent procurer un soulagement naturel de la douleur.

Reprise progressive de l’activité

Pour les blessures musculo-squelettiques, un retour progressif à l’exercice est essentiel. Cela implique:

  • Exercices d’amplitude de mouvement pour maintenir votre mobilité et prévenir la formation de tissus cicatriciels.
  • Activités à faible impact comme la natation, le vélo ou les tapis roulants anti-gravité pour développer l’endurance.
  • Augmentez progressivement la durée et l’intensité de l’entraînement pour tester votre tolérance et éviter le surmenage.
  • Exercices spécifiques au sport pour retrouver les schémas de mouvement avant de reprendre les entraînements complets ou la compétition.
  • Écoutez attentivement votre corps et réduisez si votre douleur s’accentue.

De nombreux athlètes blessés peuvent poursuivre leur entraînement modifié plutôt que de s’arrêter complètement. La patience et la persévérance sont nécessaires, mais jouer avec mal ne doit pas nécessairement entraver votre progression.

Crédit photo : Getty / Franck Fife