HC et Butantan lancent un MBA pour former des leaders de l’innovation en santé

L’Hôpital das Clínicas de la Faculté de Médecine de l’Université de São Paulo (HCFMUSP), en collaboration avec l’École de Formation Permanente (EEP), et en partenariat avec le Institut Butantanlance un MBA en Management de l’Innovation en Santé, dont les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 24 février 2024. Créé par des experts en santé et des membres du Centre d’Innovation HCFMUSP, le cours fait partie du programme « HC LÍDER », qui vise à promouvoir le leadership dans différents domaines qui valorisent innovation et entrepreneuriat en entreprise.

Le programme s’adresse aux entrepreneurs, cadres, gestionnaires, dirigeants et chercheurs qui agissent ou ont l’intention de participer aux définitions stratégiques de l’innovation dans les institutions scientifiques et technologiques, les incubateurs, les accélérateurs, les entreprises, le gouvernement et les startups, ou aux investisseurs ou professionnels intéressés. en innovation et souhaitent se préparer à transformer la recherche en solutions et entreprises innovantes pour le marché de la santé.

Linda Bernardes, coordinatrice académique du MBA et également responsable du Laboratoire d’entrepreneuriat et d’innovation en santé de l’Escola Paulista de Medicina da Unifesp, rappelle que pendant la pandémie, les faiblesses du système national de santé sont devenues évidentes et l’urgence de résoudre les problèmes découlant du Covid-19 a mis en garde contre la nécessité de promouvoir davantage la culture de l’entrepreneuriat et de l’innovation dans le domaine de la santé.

Bien que le Brésil ait fait de grands progrès en matière de santé grâce à des professionnels formés et à des connaissances, d’énormes faiblesses économiques persistent, formant un scénario dans lequel « le Brésil ne dispose toujours pas de l’autonomie scientifique et technologique souhaitable, et il n’y a pas beaucoup d’investissements pour répondre à ses propres demandes en matière d’innovation et de technologie ». ». Pour le coordinateur, « il est nécessaire d’encourager les professionnels de la santé à évaluer ce qu’il faut faire pour améliorer le système, réduire les coûts et offrir une meilleure qualité de vie au patient ».

Au cours du cours, les professionnels apprendront à travers des outils, depuis la connaissance des aspects réglementaires et de qualité, en passant par le dépôt de brevets, jusqu’à une compréhension complète du parcours de l’innovation, c’est-à-dire le passage du banc de recherche au marché. «Parler du marché dans les universités publiques reste pour beaucoup un sujet difficile. Notre objectif est donc de rapprocher le marché de l’université et de les faire apprendre ensemble.

Entrepreneuriat et innovation

Aujourd’hui, une grande partie de toute la recherche produite se fait dans les universités, en particulier dans les programmes de troisième cycle où les chercheurs ont la culture du travail depuis le laboratoire jusqu’à l’article publié. « Nous devons transformer les thèses et les mémoires en applications pratiques dans la société et sur le marché. Nous devons encourager une culture d’entrepreneuriat scientifique pour former les gens afin que lorsqu’ils arrivent à une solution innovante, ils puissent la mettre en pratique, en veillant à ce que le produit arrive en rayon », déclare Bernardes.

Pour Ana Marisa Chudzinski-Tavassi, directrice du Centre de développement et d’innovation de l’Institut Butantan et du Centre d’excellence en nouvelles cibles moléculaires (CENTD), l’une des créatrices du cours et coordinatrice de l’Institut Butantan, il y a encore une lacune. du pays lorsqu’il s’agit de valoriser les idées et la chaîne d’innovation. « Nos écoles n’ont pas encore intégré le sujet dans les cursus, nos étudiants ne sont pas formés à l’entrepreneuriat ou à l’entrepreneuriat scientifique, ni à la préparation de projets d’innovation. Les études postuniversitaires ne comblent pas non plus cette lacune, de sorte que les professionnels seront en contact avec le sujet lorsqu’ils entreront sur le marché du travail, si nécessaire, ou apprendront, parfois de manière empirique, lorsqu’ils décideront d’entreprendre pour leur propre compte ».

Le thème de l’innovation dans les entreprises a également commencé à être abordé il y a peu dans le pays, poursuit Tavassi. « La loi sur l’innovation date de 2005 et de nombreux enseignements doivent encore être intégrés et, sans aucun doute, les professionnels doivent avoir la possibilité de suivre des formations spécifiques. « Les entreprises pharmaceutiques du pays s’orientent vers un nouveau panorama. L’industrie, pour être compétitive et forte, a de plus en plus besoin d’incorporer des technologies modernes et a certainement besoin d’absorber des professionnels prêts à affronter les défis mondiaux. Les entreprises recherchent des domaines importants pour leur activité et auront de plus en plus besoin de personnes qualifiées pour établir des itinéraires et des processus à chaque étape du développement d’un produit ou d’un service, afin d’atteindre la durabilité du secteur », conclut-elle.

C’est pourquoi ce MBA, un partenariat entre HC et l’Instituto Butantan, vise à combler cette lacune, en proposant une formation qui permet aux professionnels de faire face à ces défis avec une grande autonomie, en ayant la chance de se démarquer dans le secteur et de promouvoir des changements positifs où qu’ils se trouvent. Il s’agit d’un cours déjà testé, dont le pilote a eu lieu à l’Institut Butantan et a formé de 2013 à 2021 plus de 200 personnes qui se distinguent aujourd’hui dans le domaine de l’innovation et du leadership.

Selon le professeur Roger Chammas, professeur titulaire d’oncologie à la FMUSP, directeur du Centre de recherche translationnelle en oncologie de l’Institut du cancer de l’État de São Paulo et coordinateur du MBA, le cours permettra aux personnes d’explorer leurs idées et d’avoir la possibilité d’être proche de l’endroit où ils appliqueront leurs connaissances, qui pourrait être, par exemple, l’embryon d’une startup. « Sans oublier que, du fait que le cours est approuvé par deux institutions de référence, il offre un énorme potentiel pour un champ de pratique d’évaluation du produit final ».

Chammas souligne également que l’objectif du cours n’est pas de former des managers mais d’étudier le processus de gestion et de transformer les chercheurs en inventeurs, entrepreneurs et PDG. « L’étudiant comprendra l’importance du processus de diagnostic ou d’un nouveau produit thérapeutique ou immunobiologique dans un contexte qui sera utile à l’entrée du produit sur le marché », affirme-t-il.

Cours en pratique

Le MBA en gestion de l’innovation en santé se déroule à distance (EAD), avec des cours en direct et enregistrés. D’une durée de 12 mois et couvrant 460 heures, la formation est divisée en trois cycles : « Management des processus d’innovation en santé », « Management de la recherche et des projets innovants – du banc au marché » et « Management de la recherche et des projets innovants – du idée au produit. Il dispose également du module TCC qui vise à développer des compétences en gestion, entrepreneuriat et innovation, permettant aux participants de structurer des idées et des plans d’affaires visant à résoudre des problèmes réels et à créer des startups innovantes. En fin de cycle, les participants présentent leurs projets devant un jury expérimenté à travers un pitch. Les projets approuvés auront la possibilité d’accélérer leurs propositions dans l’environnement Hospital das Clínicas Innovation (InovaHC). Inscription sur le site Internet.