La Commission approuve un projet qui unifie les protocoles de soins prénatals

La Commission de Défense des Droits de la Femme de la Chambre des Députés a approuvé le projet de loi 3981/23, qui précise le Statut des Enfants et des Adolescents (CEA) que tous les établissements de santé et professionnels du Système de Santé Unifié (SUS) doit suivre les protocoles prénatals formulés, revus et mis à jour par le ministère de la Santé.

L’utilisation standardisée de protocoles nationaux n’exclura pas l’adoption complémentaire de publications des États et des municipalités, en fonction des particularités régionales. L’idée de l’auteur du projet, le député Dani Cunha (União-RJ), est de mettre en œuvre, dans les unités de soins prénatals, de bonnes pratiques à adopter par toutes les équipes sanitaires du SUS, sans oublier la diversité de la population brésilienne.

Consultations régulières

La rapporteure, la députée Amanda Gentil (PP-MA), a présenté un avis favorable à l’approbation de la proposition. Elle a souscrit à l’argument selon lequel la mesure contribuerait à des grossesses plus saines au Brésil, avec une réduction de la mortalité maternelle.

« L’un des premiers points qui nécessite des progrès concerne le nombre régulier de six consultations prénatales pendant les neuf mois de grossesse », a fait valoir Amanda Gentil. « Malheureusement, selon les informations du gouvernement fédéral, sur les 5 700 municipalités brésiliennes, environ 2 000 n’ont pas atteint cet objectif, soit une municipalité sur trois », a-t-il déclaré.

Le rapporteur a ajouté que c’est lors des six consultations prénatales que la femme enceinte découvre si elle et l’enfant vont bien ou s’il y a un problème qui nécessite des soins spécialisés.

« Pour standardiser les procédures techniques des organismes de santé qui fournissent une assistance aux femmes enceintes, nous pouvons citer le Protocole de soins de base (Santé des femmes), le Manuel de soins prénatals à haut risque et le Manuel de soins prénatals à haut risque. Risque faible », a déclaré Amanda. Gentil.

La loi actuelle garantit aux femmes enceintes une alimentation adéquate, des soins humanisés pendant la grossesse, l’accouchement et la période post-partum ainsi que des soins prénatals, périnatals et postnatals complets dans le cadre du SUS.

Traitement

Le projet est en cours de traitement et sera également analysé par les commissions de Sécurité Sociale, d’Assistance Sociale, d’Enfance, d’Adolescence et de Famille ; de la santé; et Constitution et justice et citoyenneté. (Avec des informations de l’Agência Câmara de Notícias)