Plus que de simples cheveux : mon parcours de résilience, de repousse et de renouvellement

« Ce ne sont que des cheveux, ils repousseront. » C’est une phrase que je me suis souvent répétée tout au long de mon traitement alors que j’essayais de faire face au traumatisme de mon nouvel état de calvitie. En interne, cependant, pour moi, c’était plus que « juste » des cheveux. À chaque mèche de cheveux que je perdais, j’avais l’impression de perdre une partie de mon identité et de ma féminité.

J’ai essayé de conserver ces aspects de moi-même en portant une perruque tout au long de mon traitement – ​​personne ne m’a vu une seule fois chauve. Même si je portais régulièrement ma perruque, elle ne me semblait pas naturelle au début à chaque fois que je la plaçais sur ma tête. J’avais l’impression de me transformer en une version inconnue de moi-même.

Au fil du temps, j’ai appris à gérer et à adopter ma nouvelle coiffure droite. J’ai trouvé ma perruque assez ironique car en grandissant, au collège et au lycée, j’enviais mes camarades qui avaient les cheveux naturellement longs et raides. Maintenant que ma perruque ressemblait à une version de moi-même que j’espérais être depuis très longtemps, j’ai réalisé que ce n’était pas tout ce que j’avais imaginé. Perdre mes cheveux a été l’une des plus grandes leçons du « vous ne savez pas ce que vous avez tant qu’ils n’ont pas disparu ». J’ai acquis un nouveau sentiment d’appréciation pour mes boucles naturelles courtes et crépues, alors que j’attendais avec impatience leur retour.

Même si j’espérais que mes cheveux finiraient par repousser, je n’avais aucune idée du temps que cela prendrait ni s’ils auraient la même texture qu’avant le traitement. Heureusement, non seulement il a repoussé, mais il est également revenu plus sain et plus épais que jamais. Voici un aperçu de la chronologie de mon parcours de repousse des cheveux :

  • 12 juillet 2019 – J’ai commencé un traitement de chimiothérapie.
  • 27 juillet 2019 – Mes cheveux ont commencé à tomber en gros morceaux.
  • 8 août 2019 – Je suis allée chez mon coiffeur pour me faire raser les cheveux. Elle m’a offert ma première perruque.
  • 7 janvier 2020 – C’était cinq jours après ma double mastectomie et le jour où j’ai été déclaré « aucun signe de maladie ». J’ai aussi commencé à remarquer du « duvet » sur ma tête : mes cheveux commençaient à repousser !
  • 25 mars 2020 – Je berçais maintenant un bébé afro.
  • 25 juillet 2020 – Mon bébé afro avait grandi de plusieurs centimètres et je commençais honnêtement à aimer mes « cheveux courts ».
  • 24 septembre 2020 – Mon afro était assez long pour avoir à nouveau des tresses en boîte (mon style de protection préféré depuis le début de l’université).

Depuis septembre 2020, je porte mes cheveux avec des coiffures protectrices et je les ai vu pousser considérablement au cours des 3 dernières années. Le 16 février 2023, j’ai décidé de faire un « contrôle de longueur » sur mes cheveux pour voir comment ils avaient progressé. J’étais tellement heureuse de voir que mes cheveux avaient retrouvé la même longueur qu’avant le traitement. Depuis février, j’ai continué à prendre soin de mes cheveux naturels et j’ai donné une pause aux tresses car elles provoquaient trop de tensions sur mon cuir chevelu. Ce changement a aidé mes cheveux à s’épanouir.

Mon parcours avec le cancer du sein et la perte de cheveux m’a appris que parfois, ce que nous percevons comme une perte peut conduire à des gains inattendus. Du désespoir initial de perdre mes mèches à la joie d’être témoin d’une petite pousse afro, j’ai appris que la guérison prend du temps, tout comme le processus de redécouverte de soi. Ce voyage nous a rappelé que même face à une perte, il existe toujours un potentiel de repousse et de renouveau. Je suis reconnaissante pour chaque leçon que j’ai apprise en cours de route et pour le rappel qu’en effet, ce sont bien plus que de simples cheveux : c’est un symbole de résilience et de force et une célébration de la vie renouvelée.

Pour entrer en contact avec d’autres survivantes du cancer du sein, rejoignez notre Groupe de soutien Facebook sur le cancer du sein.

Crédit photo : PeopleImages via Getty Images