Qu’est-ce que la théorie des usages et des gratifications en psychologie des médias ?

Qu’est-ce que la théorie des usages et des gratifications ?

Théorie des usages et des gratifications

La théorie des usages et des gratifications (UGT) propose que les gens choisissent de consommer certains types de médias parce qu’ils s’attendent à obtenir des gratifications spécifiques à la suite de ces sélections.

Contrairement à d’autres théories sur les médias, l’UGT se concentre sur le consommateur de médias plutôt que sur les médias eux-mêmes ou sur les messages véhiculés par les médias.

Alors que d’autres théories voient les gens comme des destinataires passifs des messages médiatiques, l’UGT voit les gens comme des consommateurs actifs de médias qui sont conscients des raisons pour lesquelles ils choisissent de consommer des médias.

Histoire des usages et théorie des gratifications

Les origines de l’UGT remontent aux années 1940, lorsque les spécialistes de la communication ont d’abord cherché à étudier pourquoi des médias et des contenus spécifiques attiraient différentes personnes. La théorie a été élargie dans les années 1970 lorsque les chercheurs ont commencé à examiner non seulement les gratifications recherchées par les consommateurs, mais aussi les gratifications qu’ils obtenaient réellement.

Aujourd’hui, l’UGT reste l’une des théories les plus répandues utilisées dans la recherche sur les effets médiatiques. En fait, le spécialiste de la communication Ruggiero a fait valoir que l’essor des nouveaux médias rend la théorie des usages et des gratifications plus importante que jamais, car cette perspective est particulièrement utile pour expliquer pourquoi les gens adoptent les nouveaux médias.

Hypothèses d’utilisations et théorie des gratifications

L’une des pierres angulaires de l’UGT est que le public est actif dans le choix des médias qu’il consomme. De plus, les auditoires sont conscients des raisons pour lesquelles ils veulent consommer des médias et utilisent consciemment ces raisons pour faire des sélections de médias qui répondront à leurs besoins et à leurs désirs.

Cinq hypothèses

Sur la base de ces notions, la théorie des usages et des gratifications spécifie un ensemble de cinq hypothèses sur la consommation des médias.

Les hypothèses sont :

  1. L’utilisation des médias est motivée et orientée vers un objectif. Les gens ont toujours une raison de consommer des médias, même si c’est simplement une habitude ou un divertissement.
  2. Les gens sélectionnent les médias en fonction de leur attente selon laquelle ils satisferont des désirs et des besoins spécifiques.
  3. L’utilisation des médias est déterminée par des facteurs sociaux et psychologiques individuels.
  4. Les médias sont en concurrence avec d’autres formes de communication, en particulier la communication en personne, pour la sélection et l’utilisation dans la satisfaction des besoins et des désirs. Aujourd’hui, étant donné qu’une grande partie des médias que nous consommons sont mobiles, cette concurrence est plus immédiate que jamais, car même lors de la communication en personne, les médias accessibles via des appareils mobiles, tels que les messages texte, les réseaux sociaux et les applications, sont également en concurrence pour notre attention.
  5. Parce que les gens sont des utilisateurs actifs des médias, les messages des médias n’exercent pas d’effets particulièrement forts sur les gens.

Les gens contrôlent leur consommation de médias

Ces hypothèses montrent clairement que l’UGT place le consommateur de médias au centre de l’utilisation des médias. Cela signifie que non seulement les consommateurs ont le pouvoir de choisir et d’accepter activement des médias spécifiques, mais ils sont également capables d’interpréter les messages des médias et d’utiliser ces messages dans leur vie comme ils l’entendent. En conséquence, les gens contrôlent dans quelle mesure et de quelle manière les médias les affectent.

Expliquer l’utilisation des médias avec la théorie des usages et de la gratification

Une grande partie de la recherche de l’UGT se concentre sur les gratifications que les médias procurent ou devraient procurer. Cela a abouti à une variété de typologies qui classent les gratifications dans un ensemble concis de catégories. Par exemple, en 1973, Katz, Gurevitch et Haas ont créé un schéma bien connu de cinq besoins sociaux et psychologiques satisfaits par l’utilisation des médias, notamment :

  1. Besoins cognitifsou le besoin d’acquérir des informations et des connaissances ou d’améliorer la compréhension
  2. Besoins affectifs, ou le besoin de vivre des expériences esthétiques ou émotionnelles
  3. Besoins intégratifs, ou la nécessité de renforcer la confiance, le statut ou la crédibilité. Ces besoins ont à la fois des composantes cognitives et affectives
  4. Besoins d’intégration socialeou le besoin de renforcer les relations avec les amis et la famille
  5. Besoins de libération de tensionou le besoin de se détendre et de s’évader en diminuant la conscience de soi

Ces besoins, ainsi que ceux spécifiés dans de nombreuses autres typologies d’utilisations et de gratifications, sont basés sur les gratifications que les consommateurs obtiennent des anciens médias, tels que les livres, les journaux, la radio, la télévision et les films.

Fait intéressant, certaines recherches plus récentes de l’UGT ont suggéré que les nouveaux médias offrent des gratifications similaires. Cependant, les travaux de Sundar et Limperos observe que si les anciens médias et les nouveaux médias peuvent répondre à des besoins sociaux et psychologiques similaires, les offres de nouveaux médias créent également des besoins uniques que les études sur les utilisations et les gratifications des nouveaux médias peuvent ignorer.

Les chercheurs suggèrent plusieurs nouvelles gratifications qui se répartissent en quatre catégories spécifiques aux caractéristiques des nouveaux médias.

Ces quatre catégories comprennent :

    1. Gratifications basées sur les modalités: Le contenu des nouveaux médias peut être diffusé dans une variété de modalités allant de l’audio à la vidéo en passant par le texte. L’utilisation de ces différentes modalités peut satisfaire le besoin de réalisme, de nouveauté ou, dans le cas de quelque chose comme la réalité virtuelle, le besoin d’avoir l’impression d’avoir été quelque part.
    2. Gratifications basées sur l’agence: Les nouveaux médias donnent aux gens la possibilité de créer du contenu et de partager des informations et du contenu, donnant à chacun un certain pouvoir. Cela peut satisfaire des besoins tels que l’amélioration de l’agence, la création d’une communauté et la capacité d’adapter le contenu à ses désirs spécifiques.
    3. Des gratifications basées sur l’interactivité: L’interactivité des nouveaux médias signifie que le contenu n’est plus statique. Au lieu de cela, les utilisateurs peuvent interagir avec le contenu et avoir un impact en temps réel. Cela répond à des besoins tels que la réactivité et plus de choix et de contrôle.
    4. Gratifications basées sur la navigabilité: Les utilisateurs se déplacent à travers les nouveaux médias, et la navigation offerte par différentes interfaces peut avoir un impact considérable sur les expériences des utilisateurs. Les expériences positives de navigation dans les nouveaux médias satisfont des besoins tels que la navigation, le guidage à travers la navigation (ou l’échafaudage) et le plaisir qui accompagne le déplacement dans les espaces et, si l’on joue à un jeu, les niveaux.

Critiques de la théorie des usages et des gratifications

Alors que l’UGT continue d’être largement utilisé dans la recherche sur les médias, il a été critiqué pour plusieurs raisons.

Premièrement, la croyance de l’UGT selon laquelle les publics sont actifs et peuvent exprimer leurs raisons de consommer des médias spécifiques a conduit à des études qui s’appuient sur des données d’auto-évaluation. Cependant, les données d’auto-déclaration ne sont pas toujours fiables et peuvent ne pas toujours être exactes ou perspicaces.

Deuxièmement, l’idée que les gens choisissent librement les médias qu’ils consomment est limitée par les médias à leur disposition. C’est peut-être une critique encore plus saillante aujourd’hui où il y a plus de choix de médias que jamais, mais tout le monde n’a pas accès à tous les choix.

Ce manque d’accès peut empêcher certaines personnes de choisir le média qui répondrait le mieux à leurs besoins.

Troisièmement, en se concentrant sur le public, l’UGT néglige les contraintes et les limites des messages médiatiques et leur impact sur les gens. Enfin, il y a eu un débat sur la question de savoir si l’UGT est trop large pour être considérée comme une théorie.

Certains chercheurs estiment qu’en raison de son manque de distinction entre les besoins et les motivations et des définitions médiocres fournies pour ces concepts et d’autres, la théorie est mieux considérée comme une approche qu’une théorie à part entière.

Par Cynthia Vinney

Cynthia Vinney, PhD est une experte en psychologie des médias et une chercheuse publiée dont les travaux ont été publiés dans des revues de psychologie à comité de lecture.