Un cas d’accident vasculaire cérébral est enregistré au Brésil toutes les 2 minutes

D’après les données fournies par Organisation mondiale de l’AVC, 90 % des déversements sont évitables. Cette révélation entraîne des implications significatives pour la santé publique, soulignant l’importance de la sensibilisation, de l’éducation et des changements dans les modes de vie des gens.

Pour le directeur des communications de la Société brésilienne de neurochirurgie (SBN), Vanessa Milanese, la plupart des cas d’accidents vasculaires cérébraux, une pathologie souvent dévastatrice, pourraient être évités en prenant des mesures préventives. « Cette information vise à attirer l’attention sur la nécessité de sensibiliser aux facteurs de risque, en plus d’encourager la société brésilienne à adopter des pratiques qui peuvent réduire considérablement l’incidence des accidents vasculaires cérébraux, et de cette manière, les gens peuvent vivre avec une meilleure qualité de vie et bien-être. -être», a-t-il commenté.

L’année dernière, selon les archives du Portail de transparence de l’état civil, tenu par ARPEN Brésil (Association nationale des registraires des personnes physiques), environ 100 000 personnes sont mortes dans le pays des suites d’un accident vasculaire cérébral. Un chiffre qui équivaut à une moyenne de 12 décès par heure. On estime qu’un cas de maladie toutes les 2 minutes au Brésil.

Que peut-on faire pour contrôler la maladie

Facteurs de risque: De nombreux accidents vasculaires cérébraux sont liés à des facteurs de risque connus, tels que l’hypertension artérielle, le fait d’être un homme, des antécédents de maladie vasculaire, le diabète, le tabagisme, le manque d’activité physique, la consommation excessive d’alcool, l’âge avancé et une mauvaise alimentation.

Éducation et sensibilisation : L’alerte SBN vise à sensibiliser la population aux premiers signes d’un accident vasculaire cérébral et à l’importance de consulter immédiatement un médecin. Une identification rapide et une intervention appropriée peuvent sauver des vies et minimiser les séquelles.

Mode de vie sain : adopter de saines habitudes de vie, notamment une alimentation équilibrée, une activité physique régulière et l’arrêt du tabac, mesures cruciales pour prévenir les accidents vasculaires cérébraux.

Partenariats pour la prévention : Le SBN appelle les autorités sanitaires, les organisations gouvernementales, les professionnels de la santé, les éducateurs et la société civile à s’unir dans des efforts collaboratifs pour mettre en œuvre des programmes efficaces de prévention des accidents vasculaires cérébraux.

La Société Brésilienne de Neurochirurgie estime que la connaissance est le premier pas vers le changement. « En partageant ces informations, SBN cherche à donner aux individus et aux communautés les moyens de prendre des mesures proactives en faveur de la santé de leur cerveau. Ensemble, nous pouvons transformer la réalité des accidents vasculaires cérébraux au Brésil et faire des progrès significatifs dans la promotion d’une société plus saine », a expliqué le spécialiste.