Une étude révèle une forte incidence de fausses nouvelles liées à l'épidémie de dengue dans le pays

Le Brésil a déjà enregistré, depuis le début de l'année jusqu'à fin avril, plus de 3 millions de cas de dengue confirmé en laboratoire, avec 4 mille cas graves et 2,8 mille décès dus à la maladie, selon les données de l'Organisation mondiale de la santé. Le pays compte le plus grand nombre de cas de maladie au monde, en tête avec 82% des cas.

Face à ce scénario inquiétant, l'agence Virtaen partenariat avec le Institut QualiBest, a mené des recherches pour comprendre la perception de la couverture médiatique de l'épidémie de dengue. Les résultats révèlent des informations précieuses sur la sensibilisation et la recherche d’informations liées à la prévention et au traitement de la maladie.

L'enquête a montré que la grande majorité des personnes interrogées (73 %) recherchent activement des informations sur l'épidémie, en se concentrant sur la prévention (79 %), les symptômes (71 %) et le traitement (64 %). Les journaux télévisés, les portails d’information, Instagram et YouTube sont les principaux canaux d’information.

Bien que 58 % considèrent que la qualité des informations sur les cas de dengue dans le pays est bonne, il convient de noter que 59 % déclarent trouver fréquemment ou occasionnellement de fausses nouvelles sur la maladie dans la presse ou sur les réseaux sociaux.

« Il convient de noter que le rôle de la presse est fondamental pour prévenir la maladie, et la diffusion de fausses informations s'est avérée être un obstacle majeur à cet égard », souligne Paulo Moura, associé de l'agence Virta.

Marques et dengue

Interrogée sur les marques liées aux soins contre la dengue, SBP était la marque la plus citée spontanément, suivie par OFF. Lorsque les répondants ont été encouragés à associer les marques à la maladie, SBP (73 %), Baygon (51 %), Raid (49 %) et OFF (43 %) étaient ceux dont le souvenir était le meilleur. Les marques de vaccins Qdenga et Butantã ont été citées respectivement par 10 % et 19 %.

Seulement 11 % des personnes interrogées déclarent n'avoir jamais vu de publicité du gouvernement fédéral sur la prévention de la dengue, 79 % d'entre elles jugeant bonnes ou excellentes les publicités de prévention préparées par le gouvernement.

« Les données soulignent la nécessité d'intensifier les campagnes de sensibilisation du public, en veillant à ce que les messages de prévention atteignent tous les segments de la société », conclut Fabia Silveira.

Incidence de la maladie

L'étude a également montré que 39 % des internautes interrogés ont déjà eu la dengue, dont 14 % au cours des 6 derniers mois. Par ailleurs, 70 % des personnes interrogées se déclarent aujourd’hui plus préoccupées par la dengue que les années précédentes. Cette préoccupation se reflète dans les actions de prévention adoptées, puisque 74% déclarent avoir commencé à vérifier s'il y a une accumulation d'eau dans leur maison, 46% utilisant des insecticides et 38% appliquant quotidiennement un répulsif. Concernant la vaccination, 70% ont l'intention de se faire vacciner dès que le vaccin sera disponible dans le SUS pour leur tranche d'âge, tandis que 6% ont déjà été vaccinés dans le réseau privé.

« Les données indiquent une mobilisation significative de la population dans la prévention de la dengue, essentielle pour contenir la propagation de la maladie », ajoute Fabia Silveira, responsable de la planification et des services à l'Instituto QualiBest. « Il est toutefois important de garantir que les informations disponibles soient exactes et fiables, afin d’éviter la propagation de fausses nouvelles qui compromettent les efforts de lutte contre l’épidémie. »

L'étude

L'étude, réalisée en ligne entre le 28 mars et le 3 avril 2024, a interrogé 828 internautes, dont des hommes et des femmes de tout le pays, âgés de plus de 18 ans et appartenant à toutes les classes sociales.