Comment aborder la récupération lorsque vous vous arrachez les cheveux ou que vous vous arrachez la peau

La trichotillomanie est le terme latin désignant l’arrachage compulsif des cheveux et la dermotillomanie est le nom de l’arrachage de la peau. Bien que le terme la manie se traduit par folie, il n’y a pas de folie, seulement un comportement devenu incontrôlable.

S’arracher les cheveux ou la peau ne vous définit pas. Il est important de VOUS séparer de votre comportement. Comme le dit Fred Penzel dans son livre The Hair Pulling Problem, « La TTM (trichotillomanie) est un problème biologique chronique et non un problème psychologique. Cela n’a rien à voir avec l’intelligence ou l’éducation. Vous ne l’avez pas demandé et vous n’en êtes pas la cause ! »

Lorsque vous savez que cela ne vous définit pas, vous remettez votre comportement dans sa véritable perspective. Vous pouvez désormais regarder quelque chose que vous faites, et non plus quelqu’un que vous êtes.


Changer les comportements

Il est tellement plus facile d’apprendre à quelqu’un à faire quelque chose différemment qu’à être quelque chose de différent. Vous pouvez acquérir une compétence avec motivation à apprendre, associée à de la pratique et de la discipline. Si vous souhaitez apprendre un instrument de musique ou pratiquer un sport, vous savez que vous pouvez atteindre une certaine maîtrise si vous vous entraînez régulièrement.

Soulignons simplement la différence importante entre ce que nous faisons et qui nous sommes :

  • Vous pouvez apprendre à quelqu’un à jouer d’un instrument (apprendre à le faire), mais vous ne pouvez pas lui apprendre à être amical et attentif envers le public (apprendre à l’être).
  • Vous pouvez apprendre à quelqu’un à faire un gâteau (apprendre à le faire), mais vous ne pouvez pas lui apprendre à se soucier suffisamment de ses voisins pour lui en offrir une part (apprendre à l’être).

Vous voyez l’idée ? Cela signifie que vous pouvez acquérir les compétences nécessaires pour arrêter/gérer l’arrachage des cheveux ou l’épilation de la peau avec patience, motivation et entraînement.

Voyons maintenant comment vous pouvez contribuer à adopter une approche d’acceptation qui vous aidera dans cet effort, comment vous pouvez commencer votre rétablissement et comment l’hypnothérapie cognitivo-comportementale peut être une excellente aide.

Acceptation

Lorsque vous avez décidé d’arrêter votre comportement compulsif, cela vaut la peine de réfléchir à la véracité de cette affirmation : C’est quelque chose que je fais, ça ne me définit pas.

Lorsque vous intégrez cette croyance, vous pouvez observer le comportement sans crainte ni honte. Vous pouvez accepter de vous tirer les cheveux ou de vous cueillir la peau et de vous aimer inconditionnellement de toute façon. Vous pouvez vous aimer et vous accepter malgré le comportement et avec le comportement.

Lorsque vous vous acceptez inconditionnellement, vous abandonnez derrière vous la croyance rigide, étroite, stricte et franchement douloureuse et glaciale selon laquelle vous ne pouvez être aimable que si vous arrêtez de vous arracher les cheveux ou de vous arracher la peau. Avoir cette croyance ne fait qu’ajouter l’insulte à l’injure.

Lorsque vous ignorez votre comportement compulsif et prétendez que cela n’arrive pas, par la peur ou la honte, vous ne faites qu’ajouter à votre souffrance. Vous n’avez pas besoin de vous insulter ni de souffrir encore plus ! Faites-vous confiance. Acceptez-vous. Prenez soin de vous et de vous !

Dans ma pratique, je constate que les clients qui optent pour l’acceptation et l’amour d’eux-mêmes peuvent faire les plus grands progrès vers le rétablissement. En fin de compte, il est plus difficile et douloureux de se faire honte en changeant plutôt que de s’aimer en évolution.


Comment démarrer votre rétablissement

Ce qui suit est votre première étape importante pour démarrer votre rétablissement.

Être curieux

Lorsque vous acquérez une connaissance précise et détaillée de votre comportement, un modèle émerge et vous pouvez élaborer un plan. Lorsque je travaille avec des clients, des « gains rapides » sont souvent visibles une fois que nous avons examiné leur comportement de manière médico-légale.

Les gains rapides sont des changements de routine qui perturbent la routine comportementale et vous mettent fermement sur la voie du rétablissement. Lorsque vous effectuez ces changements, un autre changement merveilleux se produit, vous prenez du recul par rapport à votre contrainte et avec cela, vous commencez à prendre le contrôle. Ce n’est plus cette chose qui semble se produire. Vous avez des preuves. Vous avez des connaissances et une conscience. Vous pouvez construire votre programme de récupération.

Au contraire, si vous ne savez pas quand vous vous engagez dans votre comportement compulsif, où et pourquoi, ou ce que vous ressentez pendant que vous le faites ou combien de temps vous avez tendance à le faire, alors cela reste vague, de concentration et très difficile, voire impossible, à traiter.

Vous devez connaître votre ennemi pour le combattre !

Jetons un coup d’œil à quelques-unes des questions que vous pouvez vous poser pour démarrer cette base de connaissances. Je dois dire qu’il est toujours plus facile de faire cet exercice avec une thérapeute car elle est l’étrangère qui invite à prendre le recul nécessaire.

Obtenez une connaissance précise de l’heure de la journée à laquelle vous tirez/cueillez. Posez-vous ces questions :

  • À quelle heure est-ce que je commence généralement à adopter ce comportement dans ma journée ?
  • Quand est-ce que ça empire dans ma journée ?
  • Quand ai-je tendance à ne pas tirer/cueillir dans la journée ?

Ajoutez ensuite les emplacements physiques :

  • Dans quelle pièce suis-je ?
  • Suis-je à la maison, au travail ou ailleurs ?

Parcourez chaque pièce et une fois les pièces identifiées, entrez plus en détail et localisez où précisément dans cette pièce. Si vous êtes au travail, où au travail et localisez où précisément. Ajoutez ensuite les humeurs dans lesquelles vous avez tendance à vous trouver lorsque vous tirez ou cueillez. Ensuite, allez plus loin et ajoutez les activités auxquelles vous participez généralement en même temps que vous tirez ou choisissez.

Tout cela mènera à un résumé qui pourra vous donner ces phrases : J’ai tendance à m’arrêter/à entrer dans (espace physique/pièce) à (heure de la journée) quand je ressens (émotion/humeur) et quand je suis (activité).

Résumons

Quand vous vous acceptez et vous aimez malgré et avec votre comportement compulsif. Lorsque vous acceptez la vérité selon laquelle vous avez ce comportement mais que vous n’êtes pas ce comportement. Lorsque vous observez et notez votre tirage/cueillette de manière précise et documentée, vous vous préparez à la récupération.


Comment l’hypnothérapie cognitivo-comportementale peut aider

L’hypnothérapie cognitivo-comportementale a sa place dans votre « package » de rétablissement. La TCC et son utilisation de questionnements précis et structurés, de compréhension et de « décryptage » de la relation entre votre humeur, vos pensées et vos actions vous aident à découvrir toute l’étendue de votre comportement compulsif rituel.

La thérapie cognitivo-comportementale fournit des outils faciles à utiliser pour suivre et observer votre comportement et ainsi acquérir une meilleure compréhension et une meilleure conscience. L’hypnose enracine la conviction profonde dans la partie inconsciente, rêveuse, imaginative et créative de votre esprit que vous pouvez récupérer.

L’hypnose positive élimine les pensées négatives d’auto-sabotage et de limitation que vous ne pourrez jamais arrêter. Il vous aide à découvrir et à utiliser la force d’une visualisation positive et forte.

Lorsque vous pratiquez les exercices de TCC et d’hypnose avec motivation et discipline, ces outils et stratégies d’adaptation deviennent une partie de votre vie. Vous vous libérez de votre comportement compulsif et savez non seulement physiquement et mentalement mais aussi émotionnellement que vous avez le contrôle. Quelle que soit la manière dont vous décidez d’aborder votre BFRB, n’oubliez pas que vous pouvez le surmonter et vous libérer du poids ennuyeux d’un comportement qui prend le dessus sur votre vie.


A noter : il existe également d’autres BFRB (troubles répétitifs centrés sur le corps) et les informations contenues dans cet article peuvent également s’appliquer à ceux-ci.