Le Comité de la Chambre approuve le règlement pour l’exercice des activités radiologiques

La Commission de la Santé de Chambre des députés a approuvé le projet de loi 3661/12, qui met à jour la législation en vigueur pour proposer la réglementation de l’exercice de la profession de technicien et technologue en radiologie.

Le projet détermine la liste des professionnels autorisés à exercer dans l’utilisation des techniques de radiologie et d’imagerie, ainsi que leurs compétences. En plus d’établir que ces professionnels doivent être inscrits auprès du Conseil régional des techniciens et technologues en radiologie (CRTR).

Le texte approuvé est un substitut du rapporteur, le député Ricardo Silva (PSD-SP), au projet du Sénat fédéral. Silva a procédé à des ajustements pour « résoudre les problèmes détectés lors du débat sur la question », qui ne changent pas l’objectif du texte.

« Il existe un consensus sur le fait que la législation actuelle est dépassée par rapport à la réalité vécue par les professionnels de la radiologie », a souligné le rapporteur. Il a par exemple souligné que la loi actuelle n’inclut pas l’activité professionnelle d’enregistrement des bagages à l’aide d’appareils à rayons X.

L’un des changements exclut de la compétence des radiologues certaines activités qui dépendent des connaissances diagnostiques, qui ne sont pas incluses dans la formation professionnelle, comme l’échographie et celles qui impliquent l’introduction d’un artefact dans le corps humain ou qui sont réalisées simultanément avec des interventions chirurgicales. procédures ou thérapeutiques.

Selon le texte approuvé, le professionnel qualifié pourra travailler dans les domaines suivants :

  • radiodiagnostic;
  • imagerie ;
  • radiothérapie;
  • radio-isotopie;
  • médecine nucléaire;
  • radiologie et irradiation industrielle ;
  • inspection de sécurité radio.

Toujours selon l’avis, ces professionnels ont droit à une semaine de travail de 24 heures, à l’exception de ceux qui exercent exclusivement des techniques d’imagerie, de médecine nucléaire, de radiologie et d’irradiation nucléaire et de radioinspection de sécurité.

Traitement

La proposition a été approuvée en novembre par la commission de la santé et sera analysée de manière définitive par les commissions du travail, de l’administration et de la fonction publique ; et Constitution et justice et citoyenneté. (Avec des informations de l’Agência Câmara de Notícias)